jeudi, 02 avril 2009 12:49

Suicides en prison : l'état d'urgence

Paris, le 2 avril 2009

 

Selon les données recueillies par l'OIP, 38 suicides ont été dénombrés depuis le 1er janvier 2009 dans les prisons françaises. Sur la base d’une équirépartition, ce chiffre correspondrait à un nombre annuel d’environ 151 suicides en 2009, qui signifierait une hausse de 31 % par rapport à l’année 2008. Pour rappel, l’année 2008 s’était terminée avec une augmentation de 20 % des suicides (115) par rapport à l’année 2007 (96), le taux de suicidité passant d’une année sur l’autre de 15,2 suicides à 17,2 pour 10 000 détenus. Parmi les 38 suicides recensés, 8 sont survenus au quartier disciplinaire, soit une proportion de 21 %. Pour rappel, au terme de l’année 2008, 13 des 15 suicides dénombrés avaient eu lieu en cellule disciplinaire, soit une proportion de 11%.

 

Publié dans Communiqués 2009

Paris, le 15 avril 2008 


Maintenu au quartier disciplinaire en dépit de troubles psychiatriques importants, P.A, un jeune polonais de 23 ans, s'est pendu dans la nuit du mercredi 26 au jeudi 27 mars à la maison d'arrêt de Nanterre (Hauts-de-Seine). 

Publié dans Communiqués 2008

Paris, le 5 juin 2008

 

Maintenu au quartier disciplinaire en dépit de plusieurs actes auto-agressifs, J.L., âgé de 28 ans, s'est pendu le 23 mai 2008 au centre pénitentiaire de Maubeuge (Nord). Il est décédé à l'hôpital le 31 mai 2008.  

Publié dans Communiqués 2008

Paris, le 20 novembre 2008

 

Placé au quartier disciplinaire puis à l'isolement, alors qu'il souffrait d'une pathologie psychiatrique lourde et avait déjà tenté de se suicider, un jeune homme s'est pendu le 5 novembre à la maison centrale de Saint-Martin-de-Ré (Charente- Maritime). Il est décédé le 7 novembre 2008 au Centre hospitalier de la Rochelle. 

Publié dans Communiqués 2008

Les conditions de détention en France - Chapitre Suicides OIP/La découverte, 2005, 288p.


Malgré un léger infléchissement du nombre de suicides en 2004, les prisons françaises demeurent profondément mortifères. Un important rapport paru en décembre 2003 a réactualisé des constats établis depuis 10 ans, mais ses préconisations sont dans l’ensemble restées sans suite. Les pouvoirs publics se refusent toujours à admettre tout lien entre conditions de détention et taux de suicide. La pression émergente du Conseil d’Etat et des tribunaux semble initier une mise en cause plus forte de la responsabilité de l’administration pénitentiaire.

 

 

Publié dans Non catégorisé
Page 2 sur 2