mercredi, 12 mai 2010 13:33

Malades mentaux: la justice plus clémente?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Libération, le 12 mai 2010

 

A l’automne, la loi pénitentiaire a défini pour la première fois le «sens de la peine». Il est question de «protection de la société» et de «sanction», mais aussi de «réinsertion» et de «vie responsable». Mais quel «sens» peut avoir la peine quand, pour le détenu, celle-ci n’a «pas l’ombre de l’esquisse d’une signification», comme le dit Jean-René Lecerf ? Ce sénateur UMP présentait, hier, un rapport sur les malades mentaux en prison, mené par les commissions des lois et des affaires sociales. Un détenu sur dix souffrirait de schizophrénie ou d’autres formes de psychoses.

«Le rapport remet en cause les mythes qu’a notre société sur la dangerosité des malades mentaux, se félicite Stéphanie Djian, de l’Observatoire international des prisons. Mais il reste une ambiguïté : les sénateurs écrivent que la prison ne peut être un lieu de soins, tout en recommandant d’accroître les dispositifs de soins en détention… Avec un risque : plus il y aura de structures spécialisées en prison, plus on enfermera les malades.»

Lire la suite sur libération.fr

Lu 2560 fois Dernière modification le mercredi, 12 mai 2010 13:42